Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 14:40

 

                           

 Blason Héraldique de la Normandie

  Blason Héraldique de Normandie

 

 

 

C'est le drapeau rouge à deux léopards jaunes (surnommé en normand  les p’tits cats), que hissent la plupart des entreprises, mairies et autres collectivités territoriales normandes, dont les deux conseils régionaux. Il est très majoritairement reconnu comme emblème de la Normandie depuis longtemps et se voit partout. Sa popularité et son importante diffusion sur tout support tient à ce qu’il est identique aux armoiries de la Normandie continentale, blasonné "de gueules à deux léopards d’or"

 

2 "léopards passants, d'or, sur champ de gueules,

 

Pas de lions sur le blason normand en effet mais deux "léopards passants, d'or, sur champ de gueules".

 

Le léopard héraldique est souvent confondu avec le lion dans la mesure où il est représenté comme lui avec une crinière et sans aucune caractéristique de pelage tacheté.
En fait le léopard héraldique se distingue du lion en ce qu'il est représenté "passant", c'est-à-dire marchant sur trois pattes, la quatrième dressée, corps de profil et tête de face, et queue redressée vers l'extérieur (et non retombant sur le dos, comme pour le lion). Le léopard peut être "lioné", ou "rampant" (la position héraldique du lion), s'il est dressé sur ses pattes arrières. Il ne se distingue plus alors que par la queue et le tête.

 

Ceci dit, le léopard est dans le bestiaire médiéval un cousin du lion. "Léo-pard", soit batard du lion (leo) et du "pard", la panthère. Animal maléfique puisque batard.Henri II Palntagenêt aurait choisi ce blason en défi au pape après son excommunication pour le meurtre de Thomas Becket ???

 

Car en fait les léopards de Normandie sont anglais. Anglo-angevins plus précisément, et normands par alliance.
Ils sont dérivés du plus ancien blason connu de la famille comtale angevine : les Plantagenêts, celui de Geoffroy, père d'Henri, dont on peut admirer la plate-tombe en émail, dite pour cela "l'émail Plantagenêt" au Musée du Mans.

Sur l'émail Plantagenêt les figures sont disposées en semis (en nombre non fixé) sur champ d'azur, comme c'est le cas pour beaucoup de blasons au début de la période héraldique (il n'y a pas d'armoiries au sens strict avant le XIIe s.). Les lys de France sont ainsi en semis avant d'être au nombre de trois en hommage à la Sainte Trinité.
Les léopards Plantagenêts ont suivi la même évolution. On parle parfois de trois léopards pour les trois fils d'Henri, Henri le Jeune, Richard et Jean. Mais Henri II a eu d'autres fils.

L'azur (bleu) et le gueule (rouge) sont quand à elles des couleurs communes dans les grandes familles d'Europe. Henri II préférera donc le rouge au bleu.
Il n'y a pas de rapport entre le surnom de Richard et les léopards du blason. Les contemporains ne pouvaient faire la confusion.

 

Les armoiries des Plantagenêts passent donc dans le blason royal d'Angleterre. Par la suite les souverains anglais y ajoutent les lys de France (qu'ils gardent toujours) en rappel de leur revendication du trône de France, cause de la guerre de Cent Ans. En réponse et par défi, Charles V prendra les léopards plantagenêts, réduits au nombre de deux, pour blason de la Normandie, théâtre important des chevauchées anglaises et françaises et province donnée en apanage aux héritiers de France - Charles V fut duc de Normandie, comme son père Jean le Bon.

 

On ne peut donc pas parler des deux léopards d'or sur champ de gueule comme blason de la Normandie avant le couronnement de Charles en 1365. Rien à voir, faut-il le préciser, avec Guillaume le Conquérant.

 

 

 

Les trois cats

 

 

 

Les 3 Cats

 

 

  Dans les îles Anglo normandes, les deux bailliages de Jersez et de Guernesez qui constituent la Normandie insulaire portent un blason à trois léopards, comme celui de Richard 1er d’Angleterre, dit plus tard Richard Coeur de Lion roi d’Angleterre et duc de normandie. Lequel des deux blasons est le plus ancien demeure un sujet de polémique et de recherche historique pour certains.

Henti II Plantagenêt aurait porté comme comte d'Anjou un long bouclier bleu chargé sans doute de 8 lionceaux d’or comme on peut encore l’admirer au Mans sur la plaque funéraire de son père Geoffroy Plantagenêt puis les aurait réduits à deux lions, la taille des boucliers s’étant raccourcie. Le premier sceau de son troisième filsRichard Coeur de Lion ainsi que des témoignages contemporains attestent qu’il fit d’abord usage d’un écu à un seul lion. De retour en Angleterre en 1194, il adopta un nouveau sceau à trois lions/léopards posés l’un sur l’autre. L’une des hypothèses discutable, est que Richard aurait introduit le troisième léopard tiré du blason de sa mère Aliénor d'Aquitaine. Les ducs d’Aquitaine n’ayant qu’un seul léopard. Mais il est fort probable qu'il y ait plutôt adjoint celui du sceau de la ville de Rouen Créé au XIème s. à partir du Hrifsklímsli "monstre agrippeur", le léopard était partie intégrante du sceau de la ville au début du XIIème siècle, pour remercier les Normands, d'avoir aider à verser sa rançon (ce que les possessions des Plantagenet en France avaient refusé de faire).

Toutefois, on ne connaît pas de représentation héraldique à deux léopards avant Richard autre que l’écu de son frère Jean sans terre commecomte de Mortain avant son accession au trône, ce qui tendrait à accréditer le fait que ce blason à 2 léopards était l’écu héraldique originel de la ville de Mortain (le blason actuel aux fleurs de lys étant une création française issue de l’écu de la branche capétienne donc française d’Evreux-Navarre). Lorsque la Normandie continentale est passée sous contrôle français,Philippe Auguste a importé l’héraldique royale, tandis que leduché de Normandie insulaire (îles Anglo-Normandes) a conservé le blason à trois léopards, emblème familial que lesPlantagenêts n’avaient pas de raison de modifier.

Parmi les ducs de Normandies issus desCapétiens, Jean le Bon porta les armes des Valois (de France ancien à la bordure de gueules), et son fils Charles, duc de Normandie et Dauphin de Viennois porta un écartelé de Valois et de Viennois. Au XIV siècle, les armoriaux présentent déjà l’écu à deux léopards d’or pour la Normandie. Mais il a fallu attendre 1465 pour voir officiellement apparaître les deux léopards dans les armes d’un duc de Normandie, avec Charles de France, jusqu’en 1466. Nanti du titre de duc de Normandie de1785 à 1789 le fils de Louis XVI a, quant à lui, porté un écartelé de France et de Normandie à deux léopards. Notons que Robert d’Alençon, comte du Perche (+1371) semble avoir parti ses armes d’Alençon ancien brisé d’un châtelet et de Normandie à deux léopards.

 


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Bretagnolles village Normand
  • : Patricia Braillon passionnée d'histoire ancienne vous présente La Mémoire du Passé d'un petit village Normand de l'Eure Bretagnolles
  • Contact

Cliquez pour aider le animaux

120x90-AAbanner-static

Recherche

Ma boutique de lingerie

Découvrez une lingerie sensuelle et raffinée et 

de superbes maillots de bain dans ma

 boutique lingerie-sexycoquine

 

Archives

blog des chiens galgos

nos 3 galgos

accessoires et vêtements moto

logo6.jpg

Boycottez l'espagne

Paperblog

Paperblog